Prochains séminaires

SÉMINAIRE NUMÉRIQUE DE RECHERCHE 2017-2018

HESCALE – Histoire, Économie, Sociologie des Cinémas d’Afrique et du Levant

AAC – Quelles langues pour le cinéma ?

Production, circulation, enjeux

La question de la langue est centrale au cinéma. Indice sur le contexte culturel de création d’un film, elle détermine aussi la géographie de sa circulation et la nature de sa réception par le public. Pourtant, la langue est souvent considérée comme une évidence et peu questionnée, tant par les professionnel.le.s que par les chercheur.e.s. Le séminaire HESCALE sera consacré cette année à la question des langues dans lesquelles les films d’Afrique et du Moyen Orient / en Afrique et au Moyen Orient sont produits, distribués et vus. En quelle langue tourner un film en Afrique et au Moyen Orient ? Comment les langues conditionnent-elles la circulation des films et leurs publics potentiels ? Comment conditionnent-elles la réception des films ? Comment se pose la question des langues pour les différents acteurs des filières : législateurs, institutions, producteurs, distributeurs, traducteurs, doubleurs et sous-titreurs, exploitants, critiques, spectateurs ? Les interventions pourront proposer des explorations à la croisée de plusieurs enjeux :

  • Enjeux juridiques et politiques : la question des langues est inhérente à la nationalité d’un film, qu’en est-il des accords de coproduction et des partenariats ? Quelle législation pour les langues de la circulation des films ? Le cinéma est considéré comme un vecteur de la construction des identités, comment la question des langues s’immisce-t-elle dans les politiques des cinémas nationaux ? Quelle est l’attitude du politique vis-à-vis de la langue des films, concernant et au-delà la question de la censure ?
  • Enjeux culturels : Si le cinéma est un vecteur des identités et des « images de soi », quelles sont les langues de ces images ? Les films produits traduisent-ils le multilinguisme souvent présent dans la région ? Quelle est la langue du cinéma pour les spectateurs (français, anglais, arabe, hindi…) ? Un moyen de favoriser la circulation des films, les langues peuvent-elles aussi opérer comme un moyen d’exclure des publics ? Quel était le rôle, linguistique mais aussi culturel, des bonimenteurs ?
  • Enjeux économiques : Comment et quelles langues permettent d’accroitre la notoriété et le succès commercial d’un film ? Quels choix de traduction pour quel débouché : festivals, cinémas commerciaux, télévision d’état, télévision payante.
  • Enjeux industriels : Quels sont les acteurs des filières cinématographiques concernés par les langues de circulation des films ? Quels sont les acteurs historiques de la traduction, du doublage et du sous-titrage? Quelles pratiques et techniques de sous-titrage, de doublage pour quelles cibles ?
  • Enjeux technologiques : Comment la diffusion des films sur des supports multiples affecte-t-elle les langues dans lesquelles les films sont potentiellement accessibles ? Quelles différences peut-on noter avec la distribution en salles ? Comment les nouvelles plateformes de diffusion des films sur internet affectent-elles les langues d’accès aux films (VàD, YouTube, etc.)? Quel est le poids des nouvelles pratiques linguistiques collaboratives, tels le ‘fansub’ et le ‘fandub’? Font-elles naître de nouvelles communautés linguistiques et/ou de nouvelles cinéphilies?

Merci de soumettre un abstract de 300 mots, une courte bibliographie et une mini-bio avant le 30 août 2017 à patricia.caille@unistra.fr et nolwenn.mingant@univ-nantes.fr

Il est demandé à l’intervenant de fournir un enregistrement de sa communication (20-30 minutes) à l’avance. La discussion à lieu par visioconférence ou chat au cours des séances, le jeudi de 17h à 18h.

Le calendrier provisoire est le suivant : 7 décembre, 18 janvier, 15 mars, 24 mai

 

 

DIGITAL RESEARCH SEMINAR 2017-2018

HESCALE, History, Economy, Sociology of Cinema in Africa and the Levant

CFP – The Language of Film:

Production, Circulation, Issues

Language is at the heart of cinema. Providing clues to the cultural context of the creation of a film, language also determines the geographical paths of its circulation and the nature of its reception by audiences. It is, however, often taken for granted, and remains largely unquestioned, both by film professionals and academics. In 2017-2018, HESCALE’s digital seminar will be dedicated to the issue of the languages in which film in and from Africa and the Middle East are made and watched. In what languages are films shot, distributed and watched in Africa and the Middle East ? How do the languages spoken onscreen determine the distribution and the potential audience of a film ? How do they influence audience reception ? How do different stakeholders view the issue of languages: lawmakers, institutions, producers, distributors, translators, exhibitors, reviewers, and spectators ? A non-exhaustive list of topics to be explored is:

  • Legal and political issues: Since language is inherent to the nationality of a film, what are the stakes in the case of a co-production ? What are the legislations regulating the languages in which films are screened ? Since cinema is an element in identity building, what place do languages hold in national film policies ? How do policymakers consider the issue language, both in terms of censorship and beyond ?
  • Cultural issues: What is the link between identity-creation and production languages ? Do films convey the strong multilingual context in many countries of the area ? What languages are associated to cinema in the spectators’ minds (French, English, Arabic, Hindi, …) Is language always about improving circulation, or can it also be a factor of exclusion ? What has been the linguistic but also cultural role of live commentators ?
  • Economic issues: Which languages enable a film to improve its visibility and commercial success ? What are the different language strategies used by the different platforms: film festivals, commercial movie theatres, state television, satellite television, VOD…
  • Industrial issues: Who are the main players concerned with language issues ? And the historical players in dubbing and subtitling ? What translation practices exist and have existed ?
  • Technological issues: How does the existence of multiple platforms influence the languages in which film circulate ? How important are the new collective translation practices, such as fan sub and fandub ? Do they create new linguistic communities ? Do they create a new form of cinephilia ?

 

Please send 300-word abstract should be about 300-word long, a short bibliography and mini-bio to patricia.caille@unistra.fr and nolwenn.mingant@univ-nantes.fr for August 30, 2017.

 

Presenters are expected to send a pre-recorded file with their presentation (about 20-30 minutes), ahead of the seminar. Discussions will take place through a videoconference during the seminar, which will be held on Thursdays, from 5.00pm to 6.00pm.

Provisional seminar dates: December 7, January 18, March 15, May 24.