Les filières cinématographiques en Afrique et au Moyen-Orient au prisme du genre : Enjeux, questionnements et terrains

Programme colloque HESCALE – Istanbul, les 19 et 20 mars 2020  (Colloque reporté à l’automne 2020)

En lançant le projet « Les filières cinématographiques en Afrique et au Moyen-Orient au prisme du genre : Enjeux, questionnements et terrains » par le biais de l’appel à articles publié fin 2018, nous revendiquions une démarche innovante qui consistait à interroger au prisme du genre et dans une approche comparative, le fonctionnement d’une filière dans ses dimensions professionnelle, créative et culturelle. Notre volonté était d’entamer une démarche patrimoniale de recueil de données sur des pays et/ou métiers qui n’en disposent pas (ou de manière parcellaire) afin de rendre compte de l’accès genré aux différentes activités de la production, mais aussi de la circulation et de la valorisation des films. L’enjeu de ces journées sera de valoriser les résultats obtenus, de faire un bilan des recherches menées, de réfléchir à la méthodologie, aux démarches privilégiées, aux difficultés rencontrées, afin d’envisager dans une discussion collective de cette expérience, les moyens de développer et d’approfondir les questionnements et les terrains, d’évoquer les points aveugles et faire émerger les axes de réflexion qui nous paraissent les plus pressants.

 

Le 19 mars 2020

9:30 Accueil, Café

10:00 Discours  d’inauguration

Francis Rousseaux, Université Galatasaray

Hulya Tanriöver, FILMMOR
Ayse Toy Par, Université de Galatasaray, MEDIAR
Patricia Caillé, Université de Strasbourg (CREM EA 3476), HESCALE
Raluca Calin, Université d’Avignon (LCC – EA 7542)

10:30- 12:00

Première session: Les éclaireuses: quel héritage ? Modération Raluca Calin

Claude Forest (Univ. de Strasbourg – IRCAV): Andrée Davanture, monteuse. Un œil à l’écoute

Patricia Caillé (Univ. de Strasbourg – CREM EA 3476): Le Liban, une exception ? De Heiny Srour à un secteur géré par des femmes

Anna-Marie Jansen van Vuuren (Tshwane University of Technology):  Katinka Heyns: Legacy and influence on the South African film industry

Discussion

12:30-14:00 Pause déjeuner

14:00-16:00 

Deuxième session: Porter le flambeau national de la résistance à la contestation Modération Patricia Caillé

Salima Tenfiche (Univ. Paris 7 Denis Diderotj – CERILAC): La place des femmes dans le cinéma algérien contemporain, un indicateur d’affranchissement vis-à-vis de l’État

Emna Mrabet (Univ. Paris 8 – ESTCA): Femmes réalisatrices en Tunisie : une tradition révolutionnaire ?

Hülya Uğur Tanrıöver (Professeure émérite, FILMMOR): Gülsenem Gün (Univ. Galatasaray) : Courage, persévérance et solidarité : les réalisatrices du nouveau cinéma turc face à la crise des industries de films

Raluca Calin (Univ. Avignon, EA 7542 – LCC) : La figure de la réalisatrice en Ethiopie : une nouvelle vague conjuguée au féminin

Discussion

Pause café

3ème session Trajectoires artistiques et professionnelles Modération Ayşe Toy Par

16:30- 18:00

Lambert Ndzana (Univ. de Paris 3 – IRCAV) : Au Cameroun, les femmes ont-elles le même accès que les hommes aux métiers du cinéma ?

Alejandra Val Cubero (Universidad Carlos III de Madrid – TECMERIN): Nujoom Alghanem: Filming in the United Arab Emirates

Mame Rokhaya Ndoye (Univ. Gaston Berger – CIERVAL): La figure de la réalisatrice ouest-africaine francophone. Portraits croisés entre le Burkina Faso et le Sénégal.

Le 20 mars 2020, Institut Français d’Istanbul et FILMMOR

09:30 Accueil café

10:00-12:00 Réunion de travail avec les participants du colloque au sujet de la publication et du projet HESCALE 2021

Déjeuner

13:00 – 16:30  Participation au Festival International Itinérant des Films de Femmes FILMMOR: Projection de films et débat

16:30 – 17:00 pause café

17:00 – 18:45  Projection de Sofia (2017), un film de Meryem Benm’Barek

19:00 – 20:00  Table ronde avec la réalisatrice Meryem Benm’Barek et les chercheures Particia Caillé, Gülsenem Gün et Hülya Ugur Tanrıöver sur le thème : Le cinéma des femmes au Maghreb et en Turquie

Dîner

Comité d’organisation et responsabilité scientifique: Patricia Caillé (Université de Strasbourg – CREM EA 3476), Raluca Calin (Université d’Avignon – LCC EA 7542), Hülya Tanriöver (Professeure émérite – FILMMOR), Ayse Toy Par (Université de Galatasaray – MEDIAR)

Ce colloque est financé par :
– MEDIAR, Université de Galatasaray
– FILMMOR
Il est soutenu par:
– Institut français d’Istanbul
– L’IRCAV – Université de Paris 3

Colloques 2019

14 et 15 juin 2019, colloque à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), Sembène Ousmane, artiste-militant

12 juin 2019, colloque International , dans le cadre du 8e Festival Maghrébin du Film à Oujda (Maroc).
Programme du colloque

28 et 29 mai  2019, colloque à Douala (Cameroun), Les festivals de cinéma en Afrique francophone. Fonctionnement, perception et enjeux contemporains

21 et 22 février 2019, colloque à Ouagadougou (Burkina Faso), Idrissa OUEDRAOGO, L’homme et ses œuvres

 

 

 

Colloque du 20 au 22 avril 2018 : “Hescale Université Concordia, Montréal”

3e Colloque HESCALE

Université Concordia, Montréal, 20 au 22 avril 2018.

Colloque interdisciplinaire 20,21,22 avril 2018
Programme du colloque interdisciplinaire

Pour plus d’informations

Distribution, diffusion et réception des cinémas d’Afrique et du Moyen Orient

« Quand j’étais jeune, à Lagos, les films étaient tellement longs, ça tenait sur cinq ou six cassettes. Quand on terminait la troisième partie, on se ruait au magasin pour louer la suivante, ou on l’échangeait avec nos voisins. Le quartier en entier s’agglutinait autour d’un seul téléviseur pour regarder ces films[1] » se souvient se souvient Zainab Balogun, l’actrice principale du film The wedding party, comédie romantique réalisée par Kemi Adetiba et présentée au TIFF 2016 (Toronto International Film Festival) avec sept autres films de Nollywood.

Continuer la lecture de « Colloque du 20 au 22 avril 2018 : “Hescale Université Concordia, Montréal” »

Colloque international du 3 & 4 avril 2018 “Soumission des abstracts – Axes”

SOUMISSION DES ABSTRACTS :   Nouvelle date butoir 30 novembre 2017

En partenariat avec le Centre Cinématographique Marocain CCM, le Centre universitaire de Langues et de Communication, le réseau Hescale (Histoire, Économie, Sociologie des Cinémas d’Afrique et du Levant) et l’institut ILLE (Institut des langues et littératures européennes-Université Haute Alsace Mulhouse). Créé en 1944, le centre cinématographique marocain (CCM), placé sous la tutelle du ministère de la communication, est l’un des plus anciens établissements publics chargés à la fois de contrôler, de réglementer et de promouvoir les secteurs du cinéma au Maroc. Sa restructuration a eu récemment un impact positif sur la production cinématographique nationale. Continuer la lecture de « Colloque international du 3 & 4 avril 2018 “Soumission des abstracts – Axes” »

Colloque International les 3 et 4 Avril 2018 : “L’industrie du cinéma au Maroc et en Afrique sud-saharienne : vers une coopération Sud-Sud ?”

La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Oujda, Le Laboratoire : Langues, Cultures et Traduction, et le Laboratoire : Littérature Générale et Comparée : Imaginaires, Textes et Cultures, organisent le séminaire.

Colloque International  les 3 et 4 Avril 2018 à Oujda
Programme du colloque : Mardi 3 avril 2018, salle Nidae Essalam, (FLSH)

8:30 : Accueil des participants et des invités

9:00-9:30 : Allocutions

  • Mot du Président de l’Université Mohammed 1er
  • Mot du Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
  • Mot du Responsable du Laboratoire Langues, Cultures et Traduction
  • Mot du Responsable du Laboratoire Littérature Générale et Comparée : Imaginaires, Textes et Cultures
  • Mot du Directeur du Centre Universitaire de Langues et de Communication
  • Mot du Comité organisateur

9:30 : Pause café

Séance 1 : Coopération cinématographique entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne : État des lieux (Modératrice : Mme Rachida Saidi)

 

Continuer la lecture de « Colloque International les 3 et 4 Avril 2018 : “L’industrie du cinéma au Maroc et en Afrique sud-saharienne : vers une coopération Sud-Sud ?” »